5 Trucs pour être plus créatif – Kayan

From the Blog

5 Trucs pour être plus créatif – Kayan

Il est neuf heures du matin, le petit-déjeuner quasi santé (les fruits ça compense tout) engloutit, le café amer qui accélère les connexions cérébrales; tout est en place pour un matin créatif. Sauf que l’idée ne vient pas, les inspirations défilent au rythme du battement de cœur qui s’accélère d’angoisse de n’avoir rien à extirper de ses tripes, syndrome de la page blanche dit-on.

 

L’inspiration n’est pas de source divine, l’artiste n’est pas le véhicule d’un monde métaphysique, comme le pensait Aristote, Platon et sa gang de Grecs. Non, elle est un processus mental comme tout autre et en utilisant des bonnes méthodes, il est possible de la stimuler.

 

Au Tremplin on est tous un peu artistes, on te partage nos trucs :

 

1 L’originalité on peut faire mieux que ça

 

On veut tous être originaux, tellement que ça en devient banal. D’après Margaret Boden, l’apport historique d’une œuvre n’est pas une caractéristique indispensable à la mise au point d’œuvres puissantes. Une création intéressante pour la chercheure, réside dans la capacité du projet à créer une révolution intérieure, que le spectateur soit transformé et qu’un nouvel horizon de découverte s’ouvre à lui. En somme, le mieux c’est de ne pas se fixer comme objectif de changer le monde de l’art, mais juste de créer un petit effet chez le voisin qui regarde tes toiles sécher sur la galerie.

 

2 S’exposer au désagréable

 

Bien évidemment une culture artistique est nécessaire pour la maturité créatrice. Si t’es comme moi et que tu écoutes ta musique principalement sur internet, tu es tombé toi aussi dans ce que j’appelle : Le masturbatorium. Youtube, Facebook, Google, etc. Leur but c’est que tu passes le plus de temps avec eux, pour y arriver ils vont te proposer que des trucs que tu es susceptible d’aimer. Au final, ça ne te laisse pas vraiment la chance de découvrir autre chose. S’exposer à la nouveauté, même à ce qui ne te plait pas, ça stimule la créativité. Si tu ne sais pas par quoi commencer je te suggère : L’étrange couleur des larmes de ton corps; film expérimental déstabilisant.

 

 

3 Mettre sa vie en spectacle

Le mythe du poète fou qui atteint un génie créatif dans la dégénérescence de ses fonctions cognitives est une figure ancienne. La particularité de cette image dans l’imaginaire collectif et qu’elle sous-entend un comportement spectaculaire. Que ce soit des Dandy comme Lord Byron, Oscar Wilde (mon préféré) Baudelaire ou Gainsbourg, l’idée d’incorporer de la fiction dans la vie quotidienne et du quotidien dans la fiction, reste un bon exercice. L’autofiction à cet effet qu’elle permet de magnifier le banal et mettant au point des stratégies pour spectaculariser l’ordinaire. Souviens-toi « Ta vie vaut la peine d’être contée » (citation New Age bullshit recontextualisée).

 

4 Rechercher le silence

 

Des études ont prouvé que le silence et le recueillement favorise la créativité. L’absence de bruit et l’isolement permettent à l’artiste de se recueillir. Le processus d’incubation, où le créateur laisse l’inconscient travailler pendant qu’il vaque à des occupations plus bancales, peut alors plus facilement se déclencher. Mettre sa vie sur mute ça fait du bien parfois.

 

5 Plonger même si ça mouille

 

Quand j’écris quelque chose, j’ai toujours l’impression que ça sonne bien, mais en me relisant je me rends compte que c’est un peu moins hot que dans ma tête. C’est un peu comme s’enregistrer, notre voix sonne toujours mieux quand on ne s’écoute pas. Cette dissonance peut décourager et mettre fin au processus créatif. Et c’est tant mieux, quand on est poche on ne créer pas.

 

Et voilà, tu as les clés en mains, les outils en poche pour te laisser aller! Yeah!